Layers of fear, un jeu d’horreur époustouflant

Voilà, le printemps est revenu. Mais on n’est pas encore prêt à passer nos soirées dehors vu le temps changeant qu’on a en ce moment. Et si je vous proposais de les passer en tremblant, en faisant baisser la température,  en entrant dans l’horreur avec Layers of Fear seriez-vous prêts à relever le défi?

Nous allons vous parler d’un jeu d’horreur d’un petit studio indépendant pour plus de 16 ans. On peut trouver Layers of fear en téléchargement sur la PS4 ou la Xbox One, ou en physique sur le PC.

Layers of fear, l’histoire.

L’histoire est simple, on incarne un peintre devenu fou qui se balade dans son immense manoir, qui se met soudain à évoluer et à devenir un vrai labyrinthe glauque et angoissant. On passe alors de pièces en pièces dans un univers horrifique pour tenter de comprendre ce qui a bien pu se passer entre ces murs.

Le jeu s’inspire un peu du célèbre jeu d’horreur Silent Hill, où on joue par moments dans le monde réel, puis on passe dans le “no-where”, un monde où toutes les horreurs sont possibles. Ici, on retrouve donc ce basculement entre le monde réel, où tout semble normal, à l’angoissant monde où les murs suintent le sang et où on s’attend à voir des cadavres dans tous les coins.

Layers of Years

Sur Layers of fear, on joue à la première personne, sans jamais voir à un seul moment notre personnage. On n’a pas non plus d’inventaire, le but du jeu étant d’avancer, de passer de pièces en pièces sans combattre. De ce fait, c’est un jeu narratif, où on se promène dans l’horreur. Ceci n’empêche pas de nombreux sursauts, avec des actions qui arrivent à surprendre. Les interactions avec ce qui nous entourent peuvent paraître minimes, puisqu’on ne fait en partie que contempler les changements qui surviennent autour de nous. Et pourtant, en cherchant dans les meubles qui nous entourent, on trouve des éléments qui pourront déclencher certaines interactions, certains événements. Il faut chercher un peu pour pouvoir remettre les pièces du puzzle de la vie du peintre en place.

Le jeu joue sur les codes habituels des jeux d’horreur. Ainsi, on a la chambre d’enfant à traverser, les horribles poupées effrayantes dans certains coins, les tableaux flippants aux murs, les sols qui s’effondrent, la cave à explorer, etc. Ce sont des codes qui fonctionnent très bien, qui sont bien exploités dans le jeu, qui suffisent à faire monter la tension.

Jeu vidéo Fayer of Years-1

C’est donc un jeu labyrinthique, où on explore des pièces, où on tente de comprendre le drame qui s’est passé dans le manoir. Toute l’ambiance est faite pour créer l’angoisse, le malaise. Même les peintures aux murs sont effrayantes, horribles. La plupart sont inspirées de véritables tableaux, ce qui rajoute un effet glauque au jeu. Le fait de ne jamais pouvoir revenir en arrière rajoute un effet labyrinthique au jeu, tout en rajoutant un effet de frustration.

Comme c’est un petit studio, il ne faut pas s’attendre à un très long jeu, selon comment on joue, on peut le finir en 4h, mais si on prend bien son temps, il durera plus longtemps.

L’un des points faibles du jeu est le fait qu’il soit principalement en anglais. Même s’il y a des sous-titres, il faut les faire apparaître pour pouvoir lire les coupures de journaux qui sont essentielles à la compréhension de l’histoire. Lorsqu’on a l’habitude de déchiffrer des sous-titres, cela peut ne pas être gênant, mais nous aurions aimé que la narration soit au moins traduite.

Alors, vous êtes tentés par Layer of fear ? Il est en promotion sur le playstationstore, il est temps d’en profiter.

Melody

Jeune bibliothécaire en formation, j'écris essentiellement des chroniques littéraires. Je lis de tous les genres, que ce soit des polars, des romans jeunesses ou des romans érotiques. J'aime aussi aller au cinéma et faire partager mes coups de coeur.

Pas encore de commentaire

J'en pense que :

Your email address will not be published.