Critique de film : Les 8 Salopards

critique film les 8 salopards

Sorti le 6 janvier 2016, le dernier film de Tarantino, Les 8 salopards, est la belle promesse des sorties ciné de ce début d’année. Toujours avec son style bien reconnaissable, Tarantino nous offre pour la première fois un huis clos. A la fois sanglant et très drôle, le film nous emmène dans une Amérique post-guerre de Sécession, tout près d’un Red Rock enseveli sous une tempête de neige.

Les 8 Salopards en quelques mots

Synopsis : Alors qu’il achemine en diligence privée sa captive Daisy Domergue (Jennifer Jason Leigh) vers une pendaison certaine, le chasseur de primes John Ruth (Kurt Russel), croise le chemin du commandant Marquis Warren (Samuel L. Jackson), ancien soldat nordique, lui aussi chargé de plusieurs hors-la-loi à déposer à Red Rock, puis de Chris Mannix, fils d’un renégat sudiste, récemment nommé shérif de Red Rock. La cohabitation durant le voyage se fait difficilement, la rancœur de la guerre de Sécession est encore là, et les quatre passagers se voit dans l’obligation de faire halte dans la mercerie de Minnie à cause de la tempête.

À leur arrivée, point de Minnie, à la place quatre hommes occupent les lieux : un bourreau anglais, le nouvel employé mexicain de Minnie, un vieux général sudiste et un cowboy solitaire. John Ruth et Marquis Warren suspectent une probable évasion de Daisy Domergue et ne savent pas par qui commencer. La suspicion et la méfiance gagnent rapidement la mercerie cosy de Minnie.

L’intrigue est bien ficelée et malgré les 2h30 du film, le suspens est à son paroxysme. L’image est léchée et le travail des plans séquences allié à la musique de Ennio Morricone rappelle avec élégance les westerns leoniens. L’humour signature de Tarantino ne fait pas défaut, les amoureux de Kill Bill, Django Unchained, Inglourious Bastards, Pulp Fiction y trouveront leur compte : tous les éléments de ses 7 précédents chefs-d’œuvre sont réunis et le casting est dingue comme toujours.

Tarantino parvient à se renouveler une nouvelle fois, tout en gardant son style très particulier, et nous offre un film cynique, à la limite du gore mais absolument vrai et révélateur d’un racisme toujours présent 150 ans après la fin de la guerre de Sécession.

Je vous conseille vivement d’aller voir Les 8 salopards si vous n’avez pas peur des effluves de sang et autres boyaux volants.

Alors qui sont les 8 salopards du film d’après vous?

Quel film vous a récemment plu au cinéma ? 

Pour voir la bande annonce des 8 salopards, c’est par ici

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *