Critique de film : La Danseuse

Nous sommes allés voir, dans le très beau club de cinéma de l’hôtel Meurice, le tout premier film de Stéphanie di Giusto : La Danseuse

critique film la danseuse

La Danseuse, le film

Dans la campagne américaine, la jeune Loïe Fuller (Soko) rêve de théâtre et de texte shakespeariens. Après quelques tentatives théâtrales infructueuses, elle découvre la danse et se voit immédiatement créer un numéro de danse avec des voiles. Les pratiques rudes des américains lui font espérer qu’en France son art ne lui sera pas volé, elle s’embarque donc pour Paris et les Folies Bergères. Là-bas elle y rencontre l’amour, le succès et l’accomplissement d’un acharnement sans limites.

Un film plein de poésie et de psychologie

La Danseuse est vraiment un beau film, plein de poésie et de psychologie. Danseuse, metteur en scène et scientifique, Loïe Fuller est une personnalité à la fois très atypique et vraiment banale. Le film aussi bien par sa structure et son rythme met en évidence cette ambivalence : cette fragilité, ce manque de confiance en soi et pourtant la détermination dont Loïe Fuller fait preuve pour donner vie à son numéro de danse serpentine.

Stéphanie di Giusto pour retransmettre l’art de Loïe Fuller et écrire son scénario a beaucoup lu, a travailler de paire avec Jody Sperling. En effet la danseuse de la Belle Epoque n’a jamais accepté de se faire filmer et les seules traces de sa danse qui restent sont ses brevets et quelques imitations. Soko a d’ailleurs elle même réalisée toutes les parties dansées du film, ardemment entraînée par Jody Sperling, dans les conditions réelles d’un spectacle de Loïe Fuller : 25 techniciens pour l’éclairer, tournoyant sur un plateau à 2m du sol et dans le noir dans des voiles.

Si les faits on été quelques peu arrangés pour les besoins du scénario, l’émotion et la vision artistique de Loïe Fuller sont puissamment transmises dans ce film. Soko, Gaspard Ulliel, Lily Rose Depp et Mélanie Thierry sont comme indissociables de leur respectif personnage, tellement ils expriment avec justesse, chacun à leur manière un flot d’émotions très complémentaires.

La rencontre avec la réalisatrice a été des plus instructives quant au choix de ses comédiens, de l’écriture du scénario, les péripéties de tournages, … Novice dans la réalisation de longs métrages, elle a su batailler, se faire entendre et créer le film tel qu’elle le voyait. En fin de compte, Stéphanie di Giusto c’est un peu Loïe Fuller.

film la danseuse

Au cinéma depuis le 28 septembre

Qu’êtes vous allé voir au cinéma récemment ?

Retrouvez la bande annonce de La Danseuse ci dessous :

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

TrendyShow

C'est un magazine féminin en ligne, 100% participatif, et 100% indépendant. Des actus en tout genre, de la culture, de la déco, un brin de mode, des critiques, des recettes, des voyages, de la beauté, des bons plans, mais aussi des jeux-vidéos, des témoignages, des revues... Plein de choses qui ne peuvent que vous plaire !

Suivez-nous

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES