S’orienter vers un mode de vie zéro déchet pas à pas

On en entend de plus en plus parler à grand renfort de Béa Johnson par-ci, de Famille Zéro Déchet par là… Mais le “zéro waste lifestyle” comme l’appelle nos amis d’outre Manche, c’est quoi et pour qui ?

Eh bien déjà c’est pour tout le monde ! Toute personne vivant sur cette planète, respirant l’air commun et ayant besoin des ressources de la Terre pour survivre est plutôt concernée ! Que vous soyez étudiant-e, en couple, chez vos parents, avec 4 enfants à charge… Le zéro déchet, on le considère comme un idéal vers lequel tendre pour consommer de la façon la plus responsable en limitant notre production de déchet, plus que comme une fin en soi.

L’idée c’est de se gonfler à bloc de bienveillance, d’être prêt-e à mettre deux trois coups de pied dans notre routine pour changer nos habitudes… Et ce n’est pas plus compliqué que ça !

Objectif zéro déchet-1

“Oui mais le mode de vie bobo écolo bio, ça coûte trop cher !”, “je n’ai pas le temps de faire attention à ça, je bosse moi !”, “si c’était plus simple… Je le ferais !” … Aujourd’hui malheureusement, notre environnement commercial et marketing nous pousse à nous complaire dans cette idée que consommer rend heureux, que la possession c’est le bonheur, et que plus on a, plus on se sentira bien. Depuis deux ans et demi maintenant, pas à pas, petit à petit, j’ai changé radicalement mes habitudes et aujourd’hui je ne pourrais plus revenir en arrière.

Faire des gestes qui comptent, cela permet aussi de se retrouver en phase avec ce qui nous entoure et de trouver sa place en faisant des choix d’achats, de consommation et de vie qui ont du sens !

Le zéro déchet, comment ça marche?

Alors, revenons en à nos moutons et à la tendance zéro déchet ! Il s’agit donc de se baser sur le principe des 5R : Refuse, Reduce, Reuse, Recycle, Rot; soit respectivement, “Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler et Composter”.

En appliquant ce principe au quotidien:

  • on apprend à refuser l’inutile (le sac plastique pour mettre les légumes au marché ou supermarché, celui d’une boutique de fringues ou de la pharmacie par exemple)
  • on réduit nos achats en repensant et réévaluant nos besoins (le pack de 12 yaourts alors que j’habite toute seule, c’est vraiment utile ? Cette robe est fort jolie mais n’en ai-je pas déjà 12 ? Etc.)
  • On réutilise les objets. On apprend à réparer à faire la démarche de faire réparer au lieu de jeter et de racheter. On privilégie les circuits alternatifs de reventes d’objets divers et variés et on pense seconde main plutôt qu’achat neuf. Il est également question de privilégier le réutilisable au jetable (serviettes en tissus au lieu d’essuie-tout, disques réutilisables au lieu de coton à démaquiller, etc.)
  • On recycle ce que l’on ne peut pas garder (les emballages nécessaire, les vêtements que l’on trie, etc.)
  • Et enfin on composte ce qu’il reste

C’est ainsi que l’on arrive à réduire de façon astronomique la quantité de déchets rejeté par notre foyer. En prenant en compte tous les déchets rejetés en France (par les ménages, collectivités et les déchets professionnels (Btp, etc.), on atteint 13,8 tonnes de déchets produits par an et par habitant. Ouais, c’est un peu énorme. Un ménage moyen quant à lui, c’est à peu près 350 kg de déchet par an qu’il va rejeter. Parce que bon, ces déchets, ils ne se volatilisent pas dans l’air qu’on se le dise.

décharge sauvage

Ils vont être soit brûlés (ah tiens, l’air que nous respirons, on en parlait un peu plus haut…), soit enterrés, soit entreposés, et seulement 20% sera recyclé. Quand on sait que l’on peut agir à la racine du problème et prendre des décisions importantes au moment de l’achat, pourquoi s’en priver ?

5 premiers gestes hyper simples :

  • Refuser tous les sacs plastiques et contenants inutiles : toujours aller faire ses courses avec des sacs réutilisables et quelques pochons en tissus ou en papier. Qu’il s’agisse d’un supermarché, de la boulangerie, du marché, de la pharmacie ou du magasin de fringues… On constate à quel point on est abreuvés en sacs plastiques INUTILES ! Je vous conseille de vous donner un petit défi : pendant une semaine, j’anticipe et n’utilise que mes propres emballages. Vous allez voir à quel point c’est simpleMatière recyclage
  • Privilégier les cosmétiques solides aux liquides
    : shampoing, savons, dentifrice, aujourd’hui c’est incroyable tous les produits de qualité et agréables à utiliser que l’on trouve en version solide !
  • Utiliser des cotons réutilisables à la place de ses cotons à démaquiller classiques.
  • Je passe aux protections hygiéniques naturelles : serviettes réutilisables ou coupe menstruelle.
  • J’investis dans une GOURDE et je diminue au possible ma consommation de bouteilles d’eau.

Ustensiles

Finalement, prendre conscience de notre mode de consommation et de notre impact sur notre environnement (que l’on parle de notre santé ou de la faune et de la flore), c’est se reconnecter avec la réalité. Changer ses habitudes, tendre vers une vie sans gâchis, améliorer à son échelle ce que l’on peut, c’est déjà un grand pas !

Le zéro déchet, cela vous parle ? Vous connaissiez déjà ou vous découvrez ? Qu’en pensez-vous ?

 

Alesfleurs

Passionnée par l'environnement, le naturel et la volonté de vivre en harmonie et de façon plus simple, je me suis lancée depuis quelques mois dans une transition slow cosmétique et zéro déchet que je partage avec vous via mon blog et quelques articles.

3 commentaires
  1. Super article ! Personnellement je sais que je n’adopterai jamais un mode de vie 100% Zero déchet, bio, écolo, et cie, parce que je ne m’en sens pas capable pour le moment. En revanche, j’essaye quand même de changer petit à petit mes habitudes pour tendre plus vers ce mode de vie.

    Par exemple, et c’est un grand pas pour moi, je n’achète plus du tout de coton pour me démaquiller. J’utilise plutôt des lingettes réutilisables en tissu, confectionnées par ma soeur, et ça me convient parfaitement ! 🙂

    Dernièrement j’essaye également de réduire mon accumulation de sacs plastique. Je refuse les sacs au marché, et si jamais j’achète par exemple des bananes en grande surface, je colle l’étiquette de prix directement dessus. Pareil si j’achète juste un oignon, etc. Avant, je prenais systématiquement plusieurs sacs en plastique…

    Enfin bref, ce n’est pas évident de changer ses habitudes, mais c’est important pour le bien de tous et de la planète ! 🙂

    J’ai également téléchargé l’application 90 jours, qui proposent des petits défis quotidiens pour une vie plus écolo! 🙂

J'en pense que :

Your email address will not be published.