Culpabilité Parentale

Lorsque nous avons des enfants, ils sont notre priorité, la prunelle de nos yeux, et on ne souhaite que le meilleur pour eux. Mais l’erreur est humaine, et il nous arrive d’en faire avec notre progéniture. De là peut naître un sentiment de culpabilité parentale.

En tant que parent chacun devra un jour ou l’autre faire face à la culpabilité parentale, qu’importe son degré et l’âge des enfants. Mini s’est blessé alors qu’il était sous votre surveillance, vous vous dites que vous auriez dû être plus prudent, l’ado joue les rebelles et enchaîne les bêtises en tous genres, vous vous demandez à quel moment vous avez raté quelque chose dans son éducation. Les occasions de culpabiliser sont nombreuses lorsque l’on a des enfants, pourtant cette culpabilité ne fait que vous empêcher d’avancer.

Nous faisons tous des erreurs

Parce qu’il est humain de commettre des impaires, de prendre de mauvaises décisions, de manquer de vigilance car trop fatigué ou trop stressé, il est indispensable de prendre du recul sur la situation. Les parents ont tendance à ne se pardonner aucune erreur, surtout lorsque ce sont leurs enfants qui en pâtissent.

Pourtant afin de faire face à cette culpabilité parentale, et pour la rendre plus constructive, il est important de prendre du temps pour soi et ainsi de prendre un certain recul sur ce qui vient de se passer, et se rendre compte que certains facteurs extérieurs ont influé sur notre comportement. Par exemple, ce jour là vous étiez particulièrement fatigué et vous vous êtes rapidement emporté contre mini qui lui redouble d’énergie même à 21h. Lorsque vous êtes fatigué, si vous avez la possibilité de déléguer, prenez du temps pour vous, et ne culpabilisez pas de le faire car cela sera positif pour tout le monde.

moment détente pour soi

[box]

A lire aussi: Femme/Maman: doit-on vraiment faire un choix?

[/box]

La culpabilité dans le regard des autres

Il y a la culpabilité parentale directe, celle que vous ressentez quasiment tous les jours parce que vous avez oublié un rendez-vous pour mini ou juste parce que vous ne l’avez pas beaucoup vu aujourd’hui car vous avez passé la journée au travail. Puis il y a la culpabilité à travers le regard des autres, et le jugement qui va avec.

Reprenons l’exemple de mini qui s’est blessé sans gravité alors qu’il était sous la surveillance de maman. En apprenant la nouvelle, le père peut reporter la culpabilité sur la mère car l’enfant était sous sa surveillance, et elle aurait dû faire plus attention. Ainsi la mère se retrouve avec une double culpabilité, celle de ne pas avoir suffisamment surveillé son enfant, et celle de passer pour une mauvaise mère, alors même que l’accident était sans gravité et que l’enfant se retrouve juste avec une petite bosse ou quelques égratignures.

Il y a aussi le regard de l’entourage, que ce soit la famille, les amis, ou même le voisinage et les parents de l’école. Toutes les occasions sont bonnes pour faire culpabiliser les parents: “à notre époque ça ne se passait pas comme ça”, “si c’était moi il ne me parlerait pas comme ça”, “il ne parle pas encore? la mienne c’est une vraie pipelette”. L’erreur conduisant à la culpabilité est la comparaison. Tout comme un enfant ne fait pas l’autre, un parent ne fait pas l’autre non plus. Même s’il est parfois bon d’écouter certains conseils extérieurs, le mieux est de se faire confiance en tant que parent, mais aussi de faire confiance à l’enfant.

culpabilité parentale

Père et mère, une culpabilité parentale différente?

Historiquement, les mères sont davantage donneuses de soins et les pères se doivent de travailler et apporter l’argent pour nourrir la famille. Donc la culpabilité parentale semble se répartir sur le même schéma, avec des mères davantage coupables car elles estiment être les uniques responsables du développement de l’enfant, et des pères dont la culpabilité pourrait passer par le fait qu’ils sont trop absents.

Dans les faits, il n’y a pas de schéma exact de la répartition de cette culpabilité. Là encore aucun parent n’a les mêmes exigences envers lui-même, ni les mêmes réactions faces aux imprévus de la vie. Les rôles peuvent même se retrouver inverser, avec une mère souvent absente car elle travaille beaucoup, et un père qui va culpabiliser pour le moindre accroc dans la vie de son enfant. La société moderne et les formats familiaux qui se développent brouillent les fondements de la culpabilité qui touche chaque parent de manière différente.

[box]

A lire aussi: Stop aux stéréotypes de l’enfance

[/box]

Ce qu’il est important de retenir, est qu’il faut savoir prendre du recul pour gérer au mieux cette culpabilité, et faire en sorte qu’elle devienne positive et constructive, quitte à prendre du temps pour soi. De plus, chaque êtres humain étant différent, il faut stopper toutes comparaisons et laisser parents et enfants se développer mutuellement, tout en se faisant confiance.

Envies et Blabla

Elodie, 27 ans, amoureuse des petits bonheurs de la vie, maman folle de son Loulou, et folle tout court depuis longtemps, la blogosphère l'a prise dans ses filets il y a quelques mois, avec l'envie d'en apprendre toujours plus et de découvrir le monde. D'abord autodidacte avec son blog lifestyle Envies et Blabla, la voici rédactrice pour les lecteurs de Trendy-Show, avec l'idée de vivre de folles aventures.

Pas encore de commentaire

J'en pense que :

Your email address will not be published.