Mes trucs pour calmer les crises de mes enfants

Pour les parents l’un des moments le plus difficile à gérer est quand l’un de nos loupiots se met à ruminer pour en arriver à faire une crise. Quand on débute on ne comprend pas forcément ce qui se passe dans leur tête, et si on cumule la fatigue des nuits courtes et des journées intenses, ça devient difficile ! Fred vous propose quelques clés pour mieux appréhender ces moments.

Les enjeux de l’éducation positive

En ce qui me concerne j’ai beaucoup lu, je voulais faire au mieux afin que mes enfants démarrent leur vie avec les meilleures armes, qu’ils soient forts et qu’ils aient confiance en eux. Je me suis plongée dans des livres sur la parentalité bienveillante et notamment ceux d’Isabelle Filliozat. Je me suis également beaucoup inspirée du site Les Supers Parents, qui regorge de méthodes et d’outils pour aider les parents.

Les Supers Parents

Alors je vous l’avoue, je n’ai pas forcément lu tous mes livres de façon intensive et assidue, mais je les gardes précieusement, de façon à m’y replonger quand j’ai une question particulière.

Ce que je retiens principalement c’est qu’il faut essayer de comprendre le développement de son enfant et connaître ses étapes d’évolution. C’est de cette façon que l’on peut arriver à trouver les bons mots et les bons gestes pour l’aider à se comprendre lui même. Bien souvent, lorsqu’une crise survient, l’enfant ne sait même pas ce qui se passe, il est frustré et ne connaît pas d’autre moyen de s’exprimer. On sait aujourd’hui qu’un jeune enfant ne fait pas de caprice dans ce cas, il a seulement un cerveau immature qui ne sait pas encore gérer ses émotions.

webzine féminin

Comment gérer les crises des enfants

Avant tout il faut être bien dans sa peau. Quand la fatigue et le stress nous gouvernent il est difficile de faire preuve d’empathie. On commence donc par prendre soin de soi et quand la fatigue se fait trop pesante on se couche tôt. Il ne faut surtout pas hésiter à se faire aider. Ce n’est pas démissionner de notre rôle de parent, bien au contraire !

Ensuite il ne faute pas oublier que nos enfants sont des personnes à part entière, ils méritent que nous les écoutions et que nous essayions de les comprendre.

Mes trucs pour calmer les pleurs

Quand une crise survient, je commence par me mettre à la hauteur de mon petit pleurnicheur, et je capte son attention et son regard. Si la crise est trop forte, je le prends dans mes bras et le sers jusqu’à ce qu’il se calme (sans l’étouffer hein).

J’essaie ensuite de comprendre ce qui ne va pas et de l’aider à verbaliser son ressenti. Bien souvent c’est la fatigue qui empire les émotions, les pleurs arrivent régulièrement en fin de matinée ou après une journée d’école bien remplie.

Quand le doigt est mis sur le nœud du problème, nous essayons de trouver une solution ou un compromis. Le tout est de rester factuel et d’employer le “je” plutôt que le “tu” accusateur. Par exemple je ne dis jamais “tu m’agaces” mais “je suis agacée par ce comportement”. De cette façon l’enfant comprend qu’il peut agir autrement et que ce n’est pas sa propre personne qui est en cause.

Il peut être bénéfique de reparler d’un conflit au calme un peu plus tard, pour que l’enfant comprenne ce qui s’est passé, et de pouvoir éventuellement rappeler les limites à ne pas franchir.

Pour ma part il m’arrive de m’énerver et de crier quand je suis fatiguée et donc pas du tout patiente. Dans ce cas je n’hésite jamais à m’excuser auprès d’eux pour leur faire comprendre que tout le monde peut se tromper. Le tout est de l’admettre !

Dans tous les cas, notre règle d’or est de ne jamais se coucher fâchés ! Peu importe le déroulement de la journée, les couchers se terminent toujours par une histoire, une bagarre avec papa, des câlins … mais surtout des rires et des “je t’aime” !

Je dirai que pour trouver des solutions, il ne faut pas hésiter à lire, écouter et observer ce qui se passe autour de nous sans juger.

Quand ils seront plus grands j’aimerai qu’ils participent aux décisions familiales en mettant en place un conseil de famille, ce qui sera dans la continuité de mon but premier : leur donner confiance en eux et favoriser leur autonomie.

 

Fred Une Souris Bleue

Maman heureuse de trois petits mecs de 2, 4 et 6 ans, un brin déjantée et surtout remplie d'amour. J'aime le Nutella, le mojito, Love Actually, rire et faire rire, écrire et lire, les fraises tagada et ... la vie ! Je déteste le mensonge, les gens négatifs, la raie et les petits pois, être en retard mais je le suis tout le temps !

Pas encore de commentaire

J'en pense que :

Your email address will not be published.